Rechercher

vendredi 20 mars 2009

All we need is love

Je ne peux plus me taire. Un sujet pareil, c'est plus fort que moi. Voilà des années que je rumine ça. Tant pis pour le black-out. Les lecteurs fidèles de DBalB ont compris que la loi Hadopi était un phénoménal étron digne de tout ce que produit notre bon gouvernement depuis deux ans.

Quel sujet peut bien pousser RustineMan à rompre son serment de silence ?
Une nouvelle déclaration de Pascal Nègre ou de Michel-Edouard Leclerc ?
Les knacki ball de Herta ?
La dérouillée de l'équipe de France de rugby face à l'Angleterre ?

Non, même si tous ces sujets mériteraient un bon gros "Coup de gueule" rustinemanien... Le sujet de cet article est bien plus grave, camarades.

Je ne reviens pas en détail sur la fusillade ayant eut lieu en Allemagne. Nos chers médias s'en sont bien chargés avant de passer rapidement à autre chose. J'ai appris la nouvelle par la radio mercredi 11 mars en fin de matinée. Message classique du journaliste : une fusillade dans un collège allemand, 16 morts, pas plus d'informations pour l'instant...

Mais le plus intéressant arrive par le journal du soir. Enfin nous allons avoir tous les détails. L'envoyé spécial donne quelques précisions sur le lieu, les étapes de la fusillade, l'auteur, etc. Vient le moment de conclure en hasardant un éventuel élément déclencheur. Et là, je le sentais venir gros comme une maison. Qu'est-ce qui a bien pu pousser un ado a tiré sur des collégiens ?

Une quelconque frustration sexuelle ?
Une éducation bourgeoise et un avenir sans surprise ?
Une mauvaise note en maths ?
Un véritable entrepôt d'armes à la maison ?
Non, bien sûr. Il y a sûrement mieux. Mais quoi ?

Le jeu vidéo, pardi ! Le journaliste conclut ainsi : "Le tueur serait adepte des jeux vidéos violents." Je ne m'étonne pas de l'utilisation du conditionnel mais plutôt du choix de l'adjectif. Jeu vidéo violent c'est un pléonasme, non ? Il devrait savoir qu'après des années de dénigrement, le grand public associe immédiatement violence et jeu vidéo. Un autre exemple ? D'après Canard PC, le Times s'est fendu d'une audacieuse comparaison entre Far Cry 2 et les actes du jeune tireur. Fabuleux de pertinence...

C'est la même rengaine à chaque fois : Columbine, Virginia Tech... C'est une évidence, les tueurs sont fans de jeu vidéo... A quoi jouait donc Lee Harvey Oswald ?
C'est donc cette pratique qui les pousseraient à agir. On les aurait élevés correctement, en utilisant le fameux triptyque couture/jardinage/tricot c'est toute notre société qui irait mieux : entraide à tous les étages, un CAC 40 à 15 000 points, Sarkozy président ...

Je tenais donc à prévenir mon entourage : vous vivez à coté d'un dangereux psychopathe. Voilà presque vingt ans que je pratique le jeu vidéo. Qui sait quand mon envie compulsive de décapiter, de tronçonner, de démembrer va éclater ?
Tiens, d'ailleurs je viens de finir Half-Life 2 - Episode 2. Pourquoi ne pas essayer cette formidable technique du lancer de radiateur sur la vieille d'en face ?

3 commentaires:

Aktarus (DD) a dit…

Pourquoi ne pas lancer lancer le radiateur sur la vieille d'en face ?

Car la vieille d'en face c'est Mme Pfrimmer. Et qu'elle te dépanne quand tu est en manque de sucre ou d'oeuf !!!!


Mais le fait de vouloir balancer un radiateur... Je vois là une métaphore relative a votre ancien métier M. Rustineman.

Vince a dit…

Si tu pètes un plomb à ton école, ça fera la une des journaux:
"Un instit fling 20 enfants incultes"
et par la même occasion de ton blog va battre tout les scores d'audience.
à méditer Rustineman...

RustineMan a dit…

Pour M. Schutz, Mme Pfrimmer n'habite pas en face. De toute façon je n'oserai pas lui faire de mal.
Je ne sais pas où tu en es dans Half-Life 2 mais tu verras qu'avec le Gravity Gun c'est tout un monde de possibilités nouvelles qui se présente à toi : massacre de zombies avec lancer de toilettes, de radiateurs, de barils explosifs, de disque à découper...

Pour Vince, je retiens ta solution. A utiliser au bon moment, je n'aurai pas de deuxième chance.