Rechercher

jeudi 7 février 2008

Le trekking

Aujourd'hui je vais vous parler d'un sport très peu répandu. A ma connaissance il n'y a même qu'un seul pratiquant : RustineMan. Mais quel est donc ce sport extrême ?

C'est le trekking dans le Kochersberg. Absolument ! Et c'est quoi le Kochersberg ? Tout dépend à qui vous demandez. Vince, l'ultra-citadin, vous le résumera très vite : "De toute façon sorti de Strasbourg c'est Front National, chemins de terre et tartes flambées !". Ne prêtons pas attention à ces généralités. Il faut savoir que pour le bo-bo strasbourgeois, aller à la campagne c'est la sortie du dimanche soir. Des hordes de citadins envahissent les restaurants du Kochersberg pour manger des tartes flambées, facturées 8 euros pièce. Je vous rappelle que la tarte flambée c'est de la pâte, de la crème, des lardons et des oignons...Et encore nos chèrs amis de la ville mangent rarement les oignons...
Revenons à nos moutons. Le Kochersberg, pour aller vite, c'est le canton de Truchtersheim. Des petits villages, beaucoup de champs et des gens pas toujours très accueillants (d'où l'allusion de Vince au Front National). Bref, la campagne à 10 minutes de Strasbourg. Et moi je viens de là.

Reste à voir ce qu'est le trekking. A nouveau la définition dépendra de votre interlocuteur. Reprenons notre bo-bo. Pour lui le trekking, c'est partir dans un endroit reculé, genre Népal, Sahara ou Tecsas (oui, le Tecsas...) "pour revenir à l'essentiel". Une fois sur place, le trekker entamera une randonnée de plusieurs jours ponctuée de bivouacs. Mais c'est super ! On respecte la nature, on oublie le confort de la société moderne, on revit comme nos ancêtres, on rencontre les populations locales... Ca c'est la version extrême. Bravo aux pratiquants. Mais notre bo-bo n'est pas prêt à faire tant de "sacrifices". Il passe donc par une agence de voyages pour organiser le trek : dépose en hélicoptère, esclaves-porteurs de bagages, bivouac déjà prêt à l'arrivée des randonneurs et ravitaillement en 4x4. Notre citadin peut se concentrer sur "le retour à la nature et aux choses vraies". Mais je m'égare.

J'ai donc décidé d'adapter cette activité à mon lieu de résidence, le Kochersberg. Il faut bien s'occuper pendant les deux mois de vacances estivales. Le 5 aôut 2005 je suis parti de Berstett pour rallier Hurtigheim. J'entends déjà les moqueurs mais le train de leur mépris roule sur les rails de mon indifférence (®George Abitbol). Le départ est fixé à 5h30 pour profiter du lever du soleil. J'ai donc traversé successivement Pfettisheim, Truchtersheim, Stutzheim-Offenheim (quels noms exotiques...) et Hurtigheim où je suis arrivé à 8h. Les mauvaises langues diront que ça n'a rien à voir avec du trek et je leur donne en partie raison. Pas de bivouac et une randonnée très courte. Mais le Kochersberg recèle tant de secrets : rouleaux de paille, ruisseaux tortueux et stations d'épuration entre autres. Regarder le diaporama pour le constater vous-même.

Les possibilités sont infinies ! Retrouver la source de la Souffel, recenser les cultures pratiquées, rencontrer les idiots de village... Infinies je vous dis !

2 commentaires:

DD a dit…

j'aime bien les fotos ca fait un peu : un matin à la campagne.

Par contre il manque le kilométrage et la carte IGN avec le trajet.

Il manque aussi les pronostique : "Rustineman va t il arriver à rallier le point B ? et en combien de temps ?"

vince a dit…

Ha les vacances d'été de Rustineman toujours un vrai bonheur; j’attends avec impatience sa destination pour l'été 2008 (la mer du nord peut-être ou alors ou le bassin minier de Freyming-Merlebach)