Rechercher

mardi 15 janvier 2008

Le retour de Jessica Albion


Je vous présente Robert Green. Gardien de West Ham, et sociologue à ses heures perdues. La perfide Albion n'est pas encore remise de son élimination de l'Euro 2008. Mais Bob a trouvé la solution pour faire de l'Angleterre la meilleure nation de la planète foot.

Les jeux vidéos étant déjà à l'origine de bien des maux de nos sociétés modernes, Mr Green ajoute sa pierre à l'édifice. Voici sa déclaration, à vous de juger :

« Si vous voulez avoir la meilleure équipe nationale possible sur le long terme, vous devez aller dans chaque maison et jeter toutes les Playstation, Xbox et jeux vidéo. Peut-être que dans 15 ans, alors, vous aurez la meilleure équipe du monde. C'est une société de possession. Regardez les pays qui nous amènent toujours des joueurs de classe internationale, comme le Brésil ou l'Argentine. Regarder la situation là-bas, la manière dont ils vivent : c'est le foot ou rien. »

Jean-Claude Van Damme fait des émules. N'ayant pas suivi de cursus sport étude football option sociologie de comptoir, j'ai du mal à faire le lien Brésil-jeu vidéo-football. N'hésitez pas à éclairer ma lanterne par vos commentaires.

Noter l'allusion suivante : c'est une société de possession. Un rossbif footballeur communiste ... on aura tout vu ...

3 commentaires:

ddschutz a dit…

Monsieur rustineman,
Permettez moi de vous éclairer : si on donne à un enfant pour s'amuser juste une balle de foot il ne fera que du foot. Ce qui en fera un champion de foot

Mais si on lui donne une console il jouera à PES, et deviendra champion du monde de jeux vidéo option PES. Par contre en EPS ce sera une kiche!


Moralité :
Joue au ballon tu sera champion,
fais des jeux vidéo tu sera un zéro !!

RustineMan a dit…

Merci DD pour ton explication limpide.
Ceci expliquerait également pourquoi aucune nation africaine n'a jamais gagné de coupe du monde : ils sont trop pauvres pour s'acheter des balles de foot !

Vince a dit…

Du point de vue de la météo il est plus facile d'aller jouer au foot sur une plage de Rio que de jouer sous la pluie boueuse de Manchester...